Les Carmes
séances de la semaine
Sam
23/03/2019
10:00
* séance accessible
Réalisation : 
Junya Takagi, Pon Kozutsumi
Genre : 
Animation
Durée : 
0h45
Version : 
VF
Nationalité : 
France
Année de sortie : 
2019
Public : 
Dès 3 ans
synopsissynopsis

Programme de courts métrages.

 

Rita et Machin Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Rita mais elle est de mauvaise humeur et ne veux pas ouvrir ses cadeaux, sauf peut-être celui qui gigote dans le coin. Rita saute autour et l'attrape. A l'intérieur, elle découvre un petit chien à rayure qui l'observe. Elle essaie de lui parler et de lui trouver un nom, mais celui-ci ne semble pas intéressé. Mais quand elle choisit finalement le nom « Machin », le chien répond et lui fait la fête.

 

Rita et Machin à la plage
Rita aime aller à la plage, Machin aime moins. Il préférerait faire un petit somme que surveiller les affaires de Rita, porter un maillot de bain horrible ou construire un château de sable pour la Princesse Rita. Cependant, même si Rita peut être autoritaire, elle change d'avis quand Machin disparaît. Mais où est-il ?

 

Rita et Machin vont à la piscine
L’une des activités scolaires de Rita, c’est d’aller à la piscine. Machin vient aussi avec elle car il adore nager. Rita essaye de le cacher du professeur, mais Machin n’arrête pas de s ‘échapper. Il nage comme un poisson volant, fait de la natation synchronisée et plonge de très haut !

 

Le Noël de Rita et Machin
C’est la veille de Noël, Rita apprend à Machin comment se préparer pour Noël. Ils décorent le sapin et disposent des carottes et des cookies pour le père Noël. Ils sont parfaitement prêts avec la décoration et même les souliers de Noë mais Rita découvre que son chien a mangé les cookies pour le père Noël. Machin aura t’il droit à ses cadeaux ?

 

Rita et Machin vont pique-niquer
Rita est très excitée. Le jour du premier pique-nique de Machin est venu ! Ils s’amusent beaucoup : ils jouent dans des bois, mangent le déjeuner du pique-nique, rencontrent des animaux sauvages, mais soudainement une tempête démolie tout sur son passage et Machin se perd. Rita et son fidèle chien pourront-ils s'unir à nouveau ?

 

Rita et Machin à Paris
Rita et Machin passe une fabuleuse journée à Paris. Ils vont visiter les endroits célèbres, ils font du shopping dans les quartiers chics et font une pause sur les hauteurs de Paris…Est-ce que c’est un rêve ?

 

Rita et Machin en classe verte
Rita participe à une sortie scolaire. Bien sûr, Machin vient aussi. Bientôt, les camarades de classe trouvent Machin et il devient très populaire parmi les enfants. Rita devient jalouse et se sent seul d’avoir été délaissé par Machin. Elle part cueillir des noix toute seule et se perd. Inquiet, Machin part à sa recherche. Il va la retrouver, mais ils se perdent ensemble. Peuvent-ils retrouver leur chemin ou seront-ils toujours là quand la nuit viendra ?

 

Rita et Machin jardinent
Rita aide sa maman à s'occuper du jardin en plantant des graines. Elle demande à Machin de les rejoindre, mais il n'est pas très enthousiaste comme d’habitude. Il découvre alors des petites tomates entrain de pousser. Machin change d'avis et commence à s'occuper de celles qui deviendront bientôt des tomates délicieuses. Mais un orage éclate, et Machin les protège avec son parapluie. Pourront ils protéger leurs précieuses tomates ?

 

Rita et Machin vont se promener
C’est un jour ensoleillé, et Rita et Machin font une promenade. Ils sentent les fleurs, et essayent d'attraper une libellule… quel jour fantastique ! Ils s’imaginent explorer le monde des insectes. Machin se fait disputer par la reine des fourmis ! Ils croisent aussi des sauterelles, des cloportes et des lapins de garenne. C’est amusant de voir le monde avec des yeux d'insectes.

 

Le concert de Rita et Machin
Rita joue avec un tout nouveau tambour. Ça ennuie Machin qui tente de dormir. Mais bientôt, il entend sa musique préférée à la télé et rejoint Rita. Le concert de Rita et Machin commence! 

Les C(h)armélites
équipe
lieu
partenaires
À l'AfFiche
horaires
films
ProChainement
évènements à venir
films à venir
La P'tite Bobine
PratiQue
tarifs
plan d'accès
J'aime le Cinéma
J'aime le Cinéma
Je souhaite recevoir la programmation par email

Deux films crépusculaires lancent leurs feux sur nos écrans cette semaine. 

Deux films qui illustrent la fin d’une époque. La fin de Casanova pour Dernier Amour et les prémisses de la Première Guerre mondiale en Europe de l'Est pour Sunset

Deux films qui questionnent leur époque et la nôtre. 

SUNSET 

Laszlo Nemes, fidèle au magnifique dispositif filmique du Fils de Saul, poursuit son portrait de personnages en quête de compréhension dans un monde qui les dépasse et les violente. SUNSET bénéficie d’une lumière extraordinaire. 

"Je voulais faire un film depuis très longtemps sur la naissance du siècle, et notamment comment à travers un destin personnel se reflétait le destin de tout un continent", explique le réalisateur.

"Ce qui me fascinait, c'est comment cette civilisation du début du XXe siècle, avec autant de promesses, portait déjà en elle sa propre destruction", ajoute Laszlo Nemes, qui s'interroge sur le fait "qu'au sommet de la sophistication, de la pensée et de la culture, on ait pu produire autant de barbarie."

Nourri d'influences littéraires comme Dostoïevski et Kafka, Sunset dont le titre est une référence à "L'Aurore"("Sunrise") de Murnau -, est "un film sur le labyrinthe mental du personnage principal", souligne Laszlo Nemes.

Suivant au plus près son héroïne dans sa quête, comme dans "Le Fils de Saul", Laszlo Nemes montre cette fois à travers son regard un monde de raffinement en train de sombrer dans la déchéance, tiraillé entre modernité et déclin, sur lequel pèse un climat menaçant.

"Le voyage, c'est une épreuve pour Iris et donc c'est une épreuve pour nous", fait valoir Laszlo Nemes, pour qui "faire confiance au spectateur, c'est le mettre au défi".

Revendiquant d'aller à contre-courant d'"une folie du virtuel, et une folie de tout montrer", le cinéaste estime que "l'on peut donner beaucoup au spectateur d'aujourd'hui en le sortant des codes télévisuels où tout lui est prémâché".

Ardent défenseur de la pellicule, il n'en finit pas de fustiger le numérique et l'influence de la télévision sur le 7e Art depuis les années 80, dans lesquels il voit "la plus grande régression de l'histoire du cinéma". "Avec la propension à filmer les films comme des matches de foot, à toujours être le plus fonctionnel possible, on est en train de perdre le désir d'utiliser l'imagination."

(Interview du réalisateur publié le 15 mars | AFP

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter