Les Carmes
accueil accueil / à l'affiche / films / ...
Facebook Twitter
séances de la semaine
Aucune séance cette semaine.
* séance accessible
Réalisation : 
Mariano Llinás
Avec : 
Elisa Carricajo, Valeria Correa, Pilar Gamboa
Genre : 
Romance, Drame, Musical, Espionnage
Durée : 
3h25
Version : 
VOSTF
Nationalité : 
Argentine
Année de sortie : 
2019
synopsissynopsis

3ème partie.

« La Flor » cambriole le cinéma en six épisodes.
Chaque épisode correspond à un genre cinématographique.
Le premier est une série B, comme les Américains avaient l’habitude d’en faire.
Le second est un mélodrame musical avec une pointe de mystère.
Le troisième est un film d’espionnage.
Le quatrième est une mise en abîme du cinéma.
Le cinquième revisite un vieux film français.
Le sixième parle de femmes captives au 19e siècle.
Mon tout forme « La Flor ».
Ces six épisodes, ces six genres ont un seul point commun : leurs quatre comédiennes.

D’un épisode à l’autre, « La Flor » change radicalement d’univers, et chaque actrice passe d’un monde à l’autre, d’une fiction à un autre, d’un emploi à un autre, comme dans un bal masqué.
Ce sont les actrices qui font avancer le récit, ce sont elles aussi qu’au fur et à mesure, le film révèle. Au bout de l’histoire, à la fin du film, toutes ces images finiront par dresser leurs quatre portraits.

Je souhaite recevoir la programmation par email

Un instant, nous étions tentés de filer la métaphore autour du titre du film de Jim Jarmusch The Dead Don’t Die, ainsi que de celui de Pedro Almodovar Douleur et Gloire. En effet, ces deux titres nous font rêver, évoquent beaucoup de choses, ne serait-ce que les films auxquels ils renvoient, avec humour pour l’un, avec gravité pour l’autre… Le Romero de la série des Zombies pour le premier, bien des films de Douglas Sirk pour le second. Mais concernant Pedro Almodovar, il faut aussi et surtout dire que ce dernier opus renvoie au meilleur de Almodovar et clôt, en tout cas temporairement, la trilogie commencée avec La Loi du Désir et poursuivie avec La Mauvaise éducation. Une fiction autobiographique pourrions-nous dire. Nous aurions mis beaucoup de Passion à filer la métaphore. Comme toujours. Comme son réalisateur Ryusuke Hamaguchi qui, après Asako et Senses, poursuit son exploration de la psyché japonaise.

On nous a aussi beaucoup demandé Lourdes. Alors nous avons fait des miracles, poussé les murs et trouvé de la place pour le film ainsi que pour Le Chant de la forêt.

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter