Les Carmes
accueil accueil / à l'affiche / films / ...
Facebook Twitter Google+
séances de la semaine
Dim
23/04/2017
18:00
Lun
24/04/2017
17:50 / 21:00*
Mar
25/04/2017
17:05
* séance accessible
Réalisation : 
Kristina Grozeva, Petar Valchanov
Genre : 
Comédie dramatique
Durée : 
1h41
Version : 
VOSTF
Nationalité : 
Bulgare, Grec
Année de sortie : 
2017
synopsissynopsis

Tsanko, un cantonnier d’une cinquantaine d’années, trouve des billets de banque sur la voie ferrée qu’il est chargé d’entretenir. Plutôt que de les garder, l’honnête homme préfère les rendre à l’Etat qui en signe de reconnaissance organise une cérémonie en son honneur et lui offre une montre... qui ne fonctionne pas. Tsanko n’a qu’une envie : récupérer la vieille montre de famille qu’on ne lui a pas rendue. Commence alors une lutte absurde avec le Ministère des Transports et son service de relations publiques mené par la redoutable Julia Staikova pour retrouver l’objet.

Les C(h)armélites
équipe
lieu
partenaires
À l'AfFiche
horaires
films
ProChainement
évènements à venir
films à venir
La P'tite Bobine
PratiQue
tarifs
plan d'accès
J'aime le Cinéma
J'aime le Cinéma
Je souhaite recevoir la programmation par email

Depuis longtemps, nous programmons et admirons les films de Kore-eda. Tel Père, Tel Fils,  Notre petite Sœur, I wish, Nobody Knows ou encore Still walking en font, pour nous, une forme de Tchekhov japonais. Après la tempête, qui était projeté à Cannes l’année dernière, sort enfin et nous ne pouvions que partager le plaisir que nous avons eu à le voir !

L’année dernière, une grande surprise espagnole était arrivée sur nos écrans sous la forme de La Isla Minima. Des acteurs formidables portaient ce film réjouissant dans des paysages sublimes. Après le deuxième film du réalisateur du film (L’Homme aux mille visages), voici La Colère d’un homme patient, incarné par Antonio de la Torre, un polar pas moins réjouissant que La Isla Minima.

Le Procès du Siècle est un film bienvenu qui rappelle la primauté de la vérité face à l’obscurantisme et aux idées nauséabondes qui circulent trop facilement de nos jours.

Adieu Mandalay aussi, sur l’immigration birmane en Thaïlande.

Cette semaine est aussi celle du début de notre cycle Louis Malle avec la projection du Feu Follet. L’un de ses meilleurs films, belle réflexion sur la futilité de l’existence. Ne voyez pas de sous-texte dans ce choix pour commencer le cycle, mais que le plaisir de montrer ce beau film, avec Maurice Ronet au sommet de son art, un noir et blanc comme on ne sait plus en faire et une virtuosité cinématographique qui montre bien que Louis Malle a été un des plus grands réalisateurs français. Et, peut-être le seul qui ait réellement fait aussi une carrière d’auteur aux Etats-Unis ainsi que comme documentariste…

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter