Les Carmes
séances de la semaine
Aucune séance cette semaine.
* séance accessible
Réalisation : 
Fabrice du Welz
Genre : 
Documentaire
Nationalité : 
Belgique
synopsissynopsis

PANIQUE À BORD ! 

Des Cowboys et des Indiens, le cinéma de Patar et Aubier » de Fabrice du Welz, évoque le parcours des réalisateurs de Panique au Village et Ernest et Célestine, ainsi que l’équipe qui gravite autour d’eux. 

Patar & Aubier ne sont plus à présenter, leur humour unique et leur talent d’animateurs aux techniques variées (du classique cello à la plasticine, en passant par le papier découpé) occupent une belle place dans le monde de l'animation d'aujourd'hui.

 

À travers ce programme, c’est la carrière du duo de cinéastes qui est mis à l’honneur. En quelques courts métrages, c’est tout l’univers de Patar et Aubier qui sera projeté : Le voleur de cartes est un des premiers épisodes de Panique au Village, qui a inspiré le long métrage des aventures de Cheval, Cowboy et Indien.  Le voleur de cirque est un des tous premiers films de Stéphane Aubier. Enfin avec trois épisodes de Pic Pic André (Pic Pic André the first,  Pic Pic André the second, Pic Pic André 4 – 1)  vous  (re)découvrirez les histoires de Pic Pic, le gentil cochon magique et André, un cheval un peu cruel... Une projection rare et unique!!! 

Je souhaite recevoir la programmation par email

Un instant, nous étions tentés de filer la métaphore autour du titre du film de Jim Jarmusch The Dead Don’t Die, ainsi que de celui de Pedro Almodovar Douleur et Gloire. En effet, ces deux titres nous font rêver, évoquent beaucoup de choses, ne serait-ce que les films auxquels ils renvoient, avec humour pour l’un, avec gravité pour l’autre… Le Romero de la série des Zombies pour le premier, bien des films de Douglas Sirk pour le second. Mais concernant Pedro Almodovar, il faut aussi et surtout dire que ce dernier opus renvoie au meilleur de Almodovar et clôt, en tout cas temporairement, la trilogie commencée avec La Loi du Désir et poursuivie avec La Mauvaise éducation. Une fiction autobiographique pourrions-nous dire. Nous aurions mis beaucoup de Passion à filer la métaphore. Comme toujours. Comme son réalisateur Ryusuke Hamaguchi qui, après Asako et Senses, poursuit son exploration de la psyché japonaise.

On nous a aussi beaucoup demandé Lourdes. Alors nous avons fait des miracles, poussé les murs et trouvé de la place pour le film ainsi que pour Le Chant de la forêt.

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter