Les Carmes
Exposition sur Grand Ecran
Jeudi 20 Juin à 19h et Samedi 22 à 18h et Dimanche 23 à 10h
VAN GOGH ET LE JAPON
Saison 2018-2019

Réalisé par David Bickerstaff

J’envie [les] Japonais, écrivait Van Gogh à son frère, Théo. Grâce à l’exposition sur laquelle est basé ce film, VAN GOGH ET LE JAPON, au musée Van Gogh d’Amsterdam, on comprend pourquoi. Bien que Vincent Van Gogh n’ait jamais visité le Japon, il reste le pays qui a eu le plus d’influence sur lui et son œuvre. Il serait impossible de comprendre Van Gogh sans savoir dans quelles circonstances l’art japonais arriva à Paris au milieu du XIXe siècle et sans connaître l’impact que cela eut sur des artistes tels que Monet, Degas et surtout, Van Gogh. En se rendant dans les galeries d’art japonais à Paris et en créant sa propre image du Japon après des recherches approfondies, des collections d’estampes et de longues discussions avec d’autres artistes, la découverte des œuvres japonaises entraîna la carrière de Van Gogh dans une nouvelle direction très excitante.

Van Gogh quitta Paris pour le sud de la France, qui selon lui se rapprochait des paysages du Japon, et les années productives bien que tourmentées qui suivirent doivent être remises en contexte. Van Gogh détournait ses influences japonaises comme bon lui semblait et se définissait alors comme un artiste moderne aux précurseurs clairement asiatiques. Cette histoire oubliée de la carrière de Van Gogh nous permet de découvrir l’ampleur de ses études sur le Japon. Le film nous emmène en France et aux Pays-Bas ainsi qu’au Japon pour explorer l’héritage remarquable qui a tant touché Van Gogh et a construit l’artiste que nous connaissons aujourd’hui.#1h25-VOSTF

TARIFS:  Pass pour les 4 expositions : 30€ soit 7,50€ l'expostion.  

Tarif plein : 9,80€ 

Moins de 26 ans : 6€ 

Attention, les cartes de prépaiement et tarifs habituels ne fonctionnent pas.  

Je souhaite recevoir la programmation par email

Un instant, nous étions tentés de filer la métaphore autour du titre du film de Jim Jarmusch The Dead Don’t Die, ainsi que de celui de Pedro Almodovar Douleur et Gloire. En effet, ces deux titres nous font rêver, évoquent beaucoup de choses, ne serait-ce que les films auxquels ils renvoient, avec humour pour l’un, avec gravité pour l’autre… Le Romero de la série des Zombies pour le premier, bien des films de Douglas Sirk pour le second. Mais concernant Pedro Almodovar, il faut aussi et surtout dire que ce dernier opus renvoie au meilleur de Almodovar et clôt, en tout cas temporairement, la trilogie commencée avec La Loi du Désir et poursuivie avec La Mauvaise éducation. Une fiction autobiographique pourrions-nous dire. Nous aurions mis beaucoup de Passion à filer la métaphore. Comme toujours. Comme son réalisateur Ryusuke Hamaguchi qui, après Asako et Senses, poursuit son exploration de la psyché japonaise.

On nous a aussi beaucoup demandé Lourdes. Alors nous avons fait des miracles, poussé les murs et trouvé de la place pour le film ainsi que pour Le Chant de la forêt.

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter