Les Carmes
Avant-Première / Ciné-goûter
Samedi 7 octobre à 15h30
UN CONTE PEUT EN CACHER UN AUTRE
La séance sera suivie d'un goûter

UN CONTE PEUT EN CACHER UN AUTRE

A partir de 6 ans

Durée : 1 h 01 mn 

Nouvelle adaptation d’un livre de Roald Dahl.

Comment réinventer les contes de fées avec humour et intelligence...
Imaginons que Le Petit Chaperon Rouge et Blanche-Neige soient de vieilles copines... Elles feraient alliance pour se débarrasser de prédateurs affamés ou d’une belle-mère meurtrière. Et que ferait Jacques (celui du haricot magique) s’il avait Cendrillon pour charmante voisine ? Un loup aux allures de dandy nous raconte...

Le Loup

Tout droit sorti d’un film noir des années 50, il apparaît vêtu d’un trench-coat et coiffé d’un feutre. Prédateur habitué à vivre dans la forêt, il sait toutefois se montrer très courtois mais attention, c’est un manipulateur…

Chaperon Rouge

Adorable petite vendeuse de fleurs, elle se transforme en héroïne solitaire animée par une colère froide lorsque sa grand-mère est dévorée par un loup. Archétype du bandit redresseur de torts, vêtue de son manteau en poils de loup, elle exerce un temps le métier de tueuse à gages, répondant au nom de « Mademoiselle Rouge ».

Blanche-Neige

Princesse douce, gentille et… blonde, contrairement à l’image véhiculée habituellement. Son amitié avec Chaperon Rouge l’aidera à surmonter le décès prématuré de sa mère. Fuyant le royaume pour échapper à sa terrible belle-mère jalouse de sa beauté, elle devient cuisinière et bonne à tout faire pour sept gentils nains amateurs de courses hippiques. Grâce au miroir magique qu’elle vole au château, la petite troupe va enfin miser sur le bon cheval !

Jack

Jack est un garçon pauvre et pas toujours très propre que sa mère, véritable harpie, ne cesse de réprimander. Épris de sa voisine la belle Cendrillon, ce cœur simple est un doux rêveur qui ne semble pas très futé : il a vendu sa vache à la fée en échange d’un minable haricot ! Mais à force d’obstination, l’amour et la réussite l’attendent au bout du chemin.

Cendrillon

Enfermée à la cave par ses deux horribles sœurs, elle ne rêve que d’une chose : se rendre au bal pour rencontrer le prince qu’elle espère épouser. Grace à la bonne fée, son vœu est exaucé et elle se retrouve à danser un mambo endiablé avec le prince, totalement sous son charme. Mais Cendrillon, intelligente et sensible, va refuser de se marier car sa majesté s’avère être despote plutôt que gentilhomme.

Monsieur Cochonnet

Directeur d’une banque, il est l’un des "trois petits cochons". Confortablement assis derrière son guichet vitré, il ne lève les yeux de ses tabloïds que pour encaisser l’argent de ses clients. Plein de mépris, il renvoie Chaperon Rouge quand elle vient récupérer ses économies. Il l’a en réalité ruinée en utilisant son argent pour un projet immobilier. Cette attitude lui coûtera la peau des fesses… au sens propre !

Les C(h)armélites
équipe
lieu
partenaires
À l'AfFiche
horaires
films
ProChainement
évènements à venir
films à venir
La P'tite Bobine
PratiQue
tarifs
plan d'accès
J'aime le Cinéma
J'aime le Cinéma
Je souhaite recevoir la programmation par email

 

« Andreï Zviaguintsev avait déjà filmé une Russie où les pauvres s’installaient, tels des mendiants à la Buñuel, dans une superbe maison de riches (Elena). Et un pays dévasté par la corruption (Léviathan). C’est presque pire, ici, tant il s’attaque à l’essentiel : ces êtres sans conscience dont la seule excuse – faible – est de reproduire la haine qu’ils ont reçue des générations précédentes : les mères, ici, sont des monstres à l’état pur, sans doute parce que les pères sont singulièrement absents. Durant de longues minutes, le cinéaste filme, avec un effroi visible, un face-à-face extraordinaire entre deux femmes qui ferait passer l’affrontement, dans Sonate d’Automne de Bergman, d’Ingrid Bergman avec Liv Ullmann, pour une aimable bluette destinée à la Bibliothèque rose. Moment absolument terrifiant… On pourra, évidemment, contester à Zviaguintsev le droit de flanquer ainsi, sans se décourager, des baffes répétées à ses compatriotes (et à nous, à l’occasion). Mais on ne saurait nier qu’elles claquent sec et fort. Et qu’elles visent juste. » Pierre Murat. Télérama 

 

Faute d’Amour a, peut-être, été le premier choc du festival de Cannes 2017. Il est longtemps resté dans les esprits et bien des participant(e)s lui prédisaient la Palme ! Après Leviathan, Andreï Zviaguintsev nous livre, avec la force et la franchise qui le caractérisent, un tableau saisissant d’une société rongée par l’envie et la haine. Pierre Murat remarque avec justesse que le film aurait pu (dû) s’appeler l’Anamour. C’eut été un bel hommage à Gainsbourg, mais nous sommes effectivement plus proches de Bergman et de ses géniales études des structures conjugales et familiales suédoise.  

 

Coïncidence des calendriers, nous commençons cette semaine notre cycle autour de la révolution Russe Octobre 17, avec La Grève de Serguei Eisenstein que nous vous proposons en séance unique lors d’un ciné-concert imaginé par Vadim Sher, dimanche 24 à 14h ! A ne pas manquer !!! 

Jeudi 21 à 19h30, nous recevons l’actrice principale de La Belle et La Meute, dernière perle en provenance de Tunisie sélectionnée au festival de Cannes 2017 dans la section Un Certain Regard.  

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter