Les Carmes
Festival Octobre 1917/2017
Dimanche 29 octobre à 18h
OCTOBRE
La révolution russe vue par des cinéastes soviétiques

OCTOBRE

 

De Sergueï Mikhailovich Eisenstein. Avec Nikolai Popov, Vassili Nikandrov, Layaschenko...

L'empire russe, au début de l'année 1917. Une foule de manifestants en colère détruit la statue d'Alexandre III. La bourgeoisie, l'armée et l'Eglise se réjouissent de l'instauration d'un gouvernement provisoire qui, par solidarité avec les Alliés, décide de continuer la guerre contre l'Allemagne. Mais sur le front, soldats russes et allemands laissent tomber les armes et fraternisent. Le peuple, quant à lui, a faim et commence à le faire savoir. Bientôt ouvriers, soldats et marins se réunissent. Le gouvernement libéral de Kerensky ne parvient pas à faire cesser une agitation qui monte des tranchées, saisit les usines et déborde dans les rues malgré eux. Les bolcheviks entretiennent la contestation populaire en soufflant sur les braises...
 #Russie 1h44 1928

En partenariat avec l'APREI, l'ADRC, la SACEM et Kinoglaz.fr

 

"Fin octobre 1917, Lénine et les bolcheviks déclenchent la révolution armée contre la démocratie bourgeoise de Kerenski... Film de commande pour le dixième anniversaire de cette révolution, Octobre se fit dans la fièvre de l'inspiration, les nuits sans sommeil (avec, parfois, onze mille ouvriers, soldats et habitants de Leningrad réunis pour la figuration sur la place du palais d'Hiver) et une atmosphère de tension extrême. Luttant contre le temps, harassé, surexcité, Eisenstein réalisa une oeuvre de visionnaire, certes moins maîtrisée dans son langage filmique que Le Cuirassé Potemkine, mais emportée par un paroxysme lyrique, des métaphores inattendues, une liberté artistique (expérimentale) qui déconcerta, d'ailleurs, les spectateurs soviétiques lors de la sortie, en 1928. Malgré ses efforts, Eisenstein n'avait pu terminer Octobre à temps. Trotski ayant été éliminé par Staline, il avait reçu l'ordre de supprimer les scènes où apparaissait celui qui était désormais considéré comme « traître ». C'est seulement en 1966 que cette surprenante fresque d'un génie de l'art muet fut présentée au grand public, à Paris, dans sa version intégrale" 

Jacques Siclier - Télérama

 

Les C(h)armélites
équipe
lieu
partenaires
À l'AfFiche
horaires
films
ProChainement
évènements à venir
films à venir
La P'tite Bobine
PratiQue
tarifs
plan d'accès
J'aime le Cinéma
J'aime le Cinéma
Je souhaite recevoir la programmation par email

L’atelier Un Certain Regard. Cannes 2017 

« Le huitième long métrage de Laurent Cantet est un film important. Sans doute le plus intelligent et le plus honnête possible sur le fossé qui s’est créé entre les intellectuels (bien intentionnés) et cette jeunesse française qui comble son vide existentiel et compense sa peur – justifiée – de l’avenir et son mépris grandissant pour « les élites » par des tentations extrémistes. Des liens rompus qui sont aussi des rapports de fascination… » … ce grand film politique réussit à saisir : les motivations d’une jeunesse qui a « le soleil dans les yeux » et qui, par ennui, par dégoût, pourrait tuer… Une jeunesse qu’il va falloir écouter, sans la juger, à la manière de Laurent Cantet. » Guillemette Odicino Télérama. 

 

Ne manquez-pas : 

L’avant-première de Zombillenium, un film d’animation totalement réjouissant, mâtiné d’un regard social très amusant !  

 

Les séances organisées en partenariat avec l’association Loire-Vistule : 11 minutes, le dernier film de Jerzy Skolimowski et United States of Love de Tomasz Wazilewski, deux instantanés, deux visions personnelles de la Pologne contemporaine. 

 

La séance de dimanche à 18h organisée dans le cadre de la journée mondiale de l’alimentation ! 

 

Notre reprise du Redoutable, adaptation iconoclaste de Un An Après de Anne Wiazemsky. 

 

Les dernières séances de Barbara, Demain et tous les autres jours… et tous les autres films ! 

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter