Les Carmes
A partir du 28 Novembre
LES CONTES MERVEILLEUX PAR RAY HARRYHAUSEN

Dès 5 ans

De Ray Harryhausen

Un programme de courts métrages réalisés entre 1946 et 1953. #USA 0h51

LES CONTES MYTHIQUES DE RAY HARRYHAUSEN, LE GRAND MAÎTRE DES EFFETS SPÉCIAUX
Un programme de courts métrages réalisés entre 1946 et 1953, pour la 1ère fois au cinéma en France

LE PETIT CHAPERON ROUGE

Tourné en 1949, ce film est le premier de Ray Harryhausen à être tourné avec du matériel professionnel, notamment de la pellicule 35 mm. Il marque aussi une évolution notable dans le type de narration par rapport à ses précédents courts-métrages, en employant une voix-off.

HANSEL ET GRETEL

Tourné en 1951, Hansel et Gretel est une adaptation libre du conte des frères Grimm. Il comporte certains éléments inquiétants (la sorcière qui veut faire cuire l’un des deux enfants, la jeune fille qui la pousse dans le four) mais atténue le rôle des parents. Les enfants ne sont ainsi plus abandonnés en forêt mais s’y rendent spontanément. D’un point de vue artistique, on remarque une évolution dans la manière dont Ray Harryhausen gère les mouvements de caméra et les effets visuels (notamment l’apparition de la maison en pain d’épices dans la clairière).

RAIPONCE 

Cette adaptation partielle d’un conte des frères Grimm résume les origines de la jeune fille aux cheveux longs en quelques mots seulement. Lorsque le film commence, Raiponce est déjà enfermée dans sa tour. Le reste de l’histoire est toutefois très fidèle. Le fait de raconter une histoire d’amour inspire à Harryhausen une animation très raffinée et élégante pour les deux personnages principaux, qui rompt avec les mouvements plus enfantins de Hansel et Gretel, ou avec les grands gestes de la grand-mère dans Le Petit Chaperon rouge.

LE ROI MIDAS 

De tous les contes de Ray Harryhausen, Le Roi Midas est de loin celui qui contient la portée morale la plus évidente. La comparaison entre le roi avide d’or et sa fille qui sait se contenter de fleurs jaunes est frappante. Le « mauvais » génie, qui ressemble trait pour trait au vampire Nosferatu, est en réalité un personnage positif : son rôle est de faire comprendre à Midas sa folie. Techniquement, le film est une prouesse : les mouvements de caméra réalisés image par image sont d’une complexité éblouissante (voir le tout premier plan s’approchant du trône), et l’effet de transformation des objets en or a demandé un travail colossal à Harryhausen.

LE LIÈVRE ET LA TORTUE 

Entamé en 1952, le tournage de ce film a finalement été suspendu par Ray Harryhausen lorsqu’il a commencé à travailler sur Le Monstre des temps perdus (1953). Cinquante ans plus tard, les animateurs Mark Caballero et Seamus Walsh ont proposé de terminer le film, en utilisant les marionnettes, costumes et décors d’origine. Le résultat est visuellement très proche des autres contes de Harryhausen, mais le ton est légèrement différent. Il ne s’agit plus d’un conte mais d’une fable, genre qui laisse plus de place à l’humour. Et si l’histoire se conclut par une morale tout droit sortie des écrits de La Fontaine, celle-ci est détournée par un gag visuel (le lièvre emporté par les ailes d’un moulin) que n’aurait pas renié un épisode de Tom et Jerry.

Les contes et fables de Ray Harryhausen sont visibles au cinéma pour la première fois en France. Découvrez cette oeuvre majeure dans l’histoire de l’animation, réalisée par une légende du 7e Art qui inspirera Star Wars, Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter, Pirates des Caraïbes et Avatar.

 

Les C(h)armélites
équipe
lieu
partenaires
À l'AfFiche
horaires
films
ProChainement
évènements à venir
films à venir
La P'tite Bobine
PratiQue
tarifs
plan d'accès
J'aime le Cinéma
J'aime le Cinéma
Je souhaite recevoir la programmation par email

22 films cette semaine aux Carmes. Et encore, nous ne vous présentons pas tous les films qui sortent, nous avons dû remettre la sortie de Mon Cher Enfant, et de Premières solitudes. Mais c’est vous dire l’abondance de films et de propositions cette semaine, comme chaque semaine de l’année.

Nous nous sommes concentrés sur Les Chatouilles, un premier film formidable et délicat sur un sujet qui n’est pas forcément facile ; Frères de Sang qui n’est pas sans faire penser à Gomorra de Matteo Garrone et Carmen et Lola dont nous avions fait une avant-première lors du Festival D’un bord à l’autre.

Bonne semaine aux Carmes !

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter