Les Carmes
Vivement Dimanche ! Rétro Jean Rouch
Dimanche 23 Juin à 18h
LA PYRAMIDE HUMAINE
Avec Citizens Carmes

Dans la classe de première du lycée d'Abidjan, Blancs et Noirs sont assis côte à côte, sans hostilité mais aussi sans qu'aucune intimité s'établisse entre eux. Une jeune fille, Nadine, nouvellement arrivée de France, décide ses amis à inviter leurs camarades noirs. Ces derniers hésitent longuement à accepter l'invitation. Bientôt, Nadine se lie d'amitié avec Denise, sans que la couleur de leur peau soit une gêne entre elles. Garçons et filles forment ensuite un groupe de bons camarades qui dansent, chantent et flirtent sans aucun préjugé. Tous les garçons sont amoureux de Nadine qui ne décourage les avances de personne. Deux jeunes Français, Alain et Jean-Claude, en viennent aux mains par jalousie, au cours d'un pique-nique sur une épave. Alain, pour se dégager, plonge dans la mer et se noie. Ce drame a suffit pour que les deux clans se reforment. Pourtant, l'amitié sera la plus forte et tous se retrouveront unis, comme dans le passé, pour embrasser Nadine qui repart pour la France. #1h30 1959

 

"La Pyramide humaine donne à voir le cinéma comme un chantier, le film y apparaît comme un ouvrage en cours de réalisation, qui ne dissimule ni ses échafauds, ni le charpentage de son édifice. Les vérités sur les secrets de fabrications du film se révèlent à des points dispersés, et de manière inattendue. Tourné en pleine montée des mouvements d’indépendance en Afrique francophone, le film semble promettre au spectateur une ethno-fiction sur le thème du racisme ; néanmoins il se rapproche tout aussi bien de l’autofiction proposant une sorte de mise en abyme : un film qui traite lui-même de la manière d’appréhender le cinéma." https://www.critikat.com/actualite-cine/critique/pyramide-humaine/

Je souhaite recevoir la programmation par email

Semaine d’Or aux Carmes ! 

Comme tous les films de ce génial et iconoclaste auteur qu’est Quentin Dupieux et que vous avez découverts aux Carmes, Le Daim, est fidèle à tout ce que vous avez pu voir de lui. Un film étonnant, déroutant, pour lequel il suffit de se laisser porter pendant 1h17. 

Buñuel après l’âge d’or, est une réjouissante découverte, un film tout aussi inattendu. Un beau portrait du génial Buñuel. Nous aimons vraiment beaucoup ! Et, sans doute, ne fallait-il pas faire autre chose que de l’image animée pour parler ce grand auteur.  

Que rajouter sur Être vivant et le savoir ? Nous vous avons dit tout le bien que nous pensions du film, toute l’admiration que nous portons à Alain Cavalier. Ceux qui sont venus à l’avant -première jeudi ont pu profiter de ce prolongement au film que nous a offert son réalisateur. A voir absolument ! 

Quant à Noureev, il faut reconnaître aux anglais leur formidable capacité à l’évocation d’une époque, à l’incarnation d’un homme qui a marqué son temps et que Ralph Fiennes film avec beaucoup de finesse. 

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter