Les Carmes
Soirée d'ouverture du Festival D'un bord à l'autre
Vendredi 29 septembre à 19h45
COURTS-METRAGES FESTIVAL D'UN BORD A L'AUTRE
Organisé par l'association CinéMundi

SOIREE D'OUVERTURE DU FESTIVAL D'UN BORD A L'AUTRE

Programme de 8 courts métrages

More than god de Kev Cahill. En Irlande, un homme pieux enquête sur sa femme, qu’il soupçonne d’avoir une liaison. Obligé de réanimer le mari de l’amante de sa fille, il se trouve tiraillé entre ses principes religieux et son amour paternel. #Irlande, 9min, VOSTF

Katifora de Stelios Kammitsis. Conversation tendue et sensible entre une mère et l’amant de son fils, sur une île chypriote. #Chypre, 13min, VOSTF

Dissonance de Anna Ngo. Une jeune personne transgenre voudrait se rendre dans des toilettes publiques mais... #Canada, 4min

Mai de Marta Gonzalez. Dans un village espagnol, trois femmes âgées passent leur journée assises sur un banc. L’arrivée d’un mystérieux couple de jeunes femmes devient leur sujet principal de conversation. #Espagne, 7min,VOSTF

Antiman* de Gavin Ramountar. Au Guyana, le cricket est une institution. Max, ancien batteur, exige de son fils qu’il prouve sa virilité en devenant batteur à son tour. Mais celui-ci est amoureux d’un jeune homme...

*Antiman : terme péjoratif pour désigner un homosexuel en argot caribéen #Guyana, 19min, VOSTF

Dusk de Jake Graf. Chris Winters victime de discriminations dès son jeune âge, tentera tout au long de son existence, d’imposer et de vivre sa différence. #Angleterre, 15min, VOSTF

Smuack ! de Alejandra Sanchez Orozco. Luisa travaille dans un bar lesbien et ce travail est toute sa vie. Cependant, la rencontre avec sa nièce de 8 ans, va lui permettre d’assumer une maternité inattendue et la contraindre à affirmer son identité sexuelle hors de son environnement. #Mexique, 22min, VOSTF

The wedding patrol de Rogier Hardeman. Mikaïl, immigré russe, file le parfait amour avec son tendre époux à Berlin. C’est sans compter sur la perspicacité d’un brillant inspecteur aux affaires sociales qui vient l’accuser de mariage blanc : il n’est pas gay, on l’a vu embrasser une femme ! #Allemagne, 14min, VOSTF

Les C(h)armélites
équipe
lieu
partenaires
À l'AfFiche
horaires
films
ProChainement
évènements à venir
films à venir
La P'tite Bobine
PratiQue
tarifs
plan d'accès
J'aime le Cinéma
J'aime le Cinéma
Je souhaite recevoir la programmation par email

 

« Andreï Zviaguintsev avait déjà filmé une Russie où les pauvres s’installaient, tels des mendiants à la Buñuel, dans une superbe maison de riches (Elena). Et un pays dévasté par la corruption (Léviathan). C’est presque pire, ici, tant il s’attaque à l’essentiel : ces êtres sans conscience dont la seule excuse – faible – est de reproduire la haine qu’ils ont reçue des générations précédentes : les mères, ici, sont des monstres à l’état pur, sans doute parce que les pères sont singulièrement absents. Durant de longues minutes, le cinéaste filme, avec un effroi visible, un face-à-face extraordinaire entre deux femmes qui ferait passer l’affrontement, dans Sonate d’Automne de Bergman, d’Ingrid Bergman avec Liv Ullmann, pour une aimable bluette destinée à la Bibliothèque rose. Moment absolument terrifiant… On pourra, évidemment, contester à Zviaguintsev le droit de flanquer ainsi, sans se décourager, des baffes répétées à ses compatriotes (et à nous, à l’occasion). Mais on ne saurait nier qu’elles claquent sec et fort. Et qu’elles visent juste. » Pierre Murat. Télérama 

 

Faute d’Amour a, peut-être, été le premier choc du festival de Cannes 2017. Il est longtemps resté dans les esprits et bien des participant(e)s lui prédisaient la Palme ! Après Leviathan, Andreï Zviaguintsev nous livre, avec la force et la franchise qui le caractérisent, un tableau saisissant d’une société rongée par l’envie et la haine. Pierre Murat remarque avec justesse que le film aurait pu (dû) s’appeler l’Anamour. C’eut été un bel hommage à Gainsbourg, mais nous sommes effectivement plus proches de Bergman et de ses géniales études des structures conjugales et familiales suédoise.  

 

Coïncidence des calendriers, nous commençons cette semaine notre cycle autour de la révolution Russe Octobre 17, avec La Grève de Serguei Eisenstein que nous vous proposons en séance unique lors d’un ciné-concert imaginé par Vadim Sher, dimanche 24 à 14h ! A ne pas manquer !!! 

Jeudi 21 à 19h30, nous recevons l’actrice principale de La Belle et La Meute, dernière perle en provenance de Tunisie sélectionnée au festival de Cannes 2017 dans la section Un Certain Regard.  

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter